Communiqué de presse : Comosoft ouvre un nouveau bureau à Valence

Comosoft ouvre un nouveau bureau à Valence

En utilisant le potentiel de l’une des plus grandes zones technologiques en Europe.

Hambourg, août 2021 – Comosoft est heureux d’annoncer l’ouverture d’un autre site de la société situé à Valence (Espagne), qui vient s’ajouter aux sites déjà appréciés de Comosoft Inc à Plano (Texas) et Chicago (Illinois).

Ces dernières années, la ville de Valence a clairement mis l’accent sur le renforcement de l’innovation, notamment dans le domaine de la technologie et du développement de logiciels. Cela s’est traduit par une large base de spécialistes en technologie et de professionnels hautement qualifiés dans la région de Valence et dans toute l’Espagne. Pour répondre aux attentes de sa clientèle en pleine croissance, Comosoft a décidé d’ouvrir un nouveau bureau rempli d’experts à Valence.

“Des personnes bien formées, une bonne infrastructure et bien sûr un marché très intéressant ont rendu la décision de Valence très facile”, déclare Peter Jozefiak, PDG de Comosoft. “Nous avons pu réunir une très bonne équipe passionnée en quelques mois et l’intégrer à Comosoft.”

L’équipe de Comosoft Technology Spain est composée de consultants en services professionnels, de développeurs de logiciels et de responsables des ventes. Avec cette équipe d’experts, Comosoft est également prêt à entrer de plein pied sur le marché espagnol et latino-américain, en rendant la production de matériel de marketing plus efficace grâce à sa solution multicanal unique LAGO.

“Parier sur un projet international dans le secteur IT a été un grand défi pour ma carrière mais je ne pourrais pas être plus satisfaite de cette décision, apporter un logiciel en Espagne et en Amérique latine avec une telle valeur ajoutée pour le secteur de la vente au détail est tout simplement fascinant !”, déclare Jennyfer Diaz Hidalgo, Sales Manager chez Comosoft à Valence.


Webinar: EPISODE I

Kickstarting Your Digital Planning and Leaflet Production Process – Push Your Category Management Into the Future of Retail!

Join the first episode of our global webinar series showing a fully optimized circular production process with LAGO.

EPISODE I: 11. March4:00 pm CET | 3:00 pm GMT | 9:00 am CST | 10:00 am EST

The participation is free of charge. To register for our first webinar click on the button below.

Registration

 

Everything starts with the proper planning! A circular production process is no different. The category management plays the key role in assortment and product selection as well as assigning both to the individual pages of a leaflet. With growing numbers of products and increasing varieties as well as the market moving towards more regional or store specific leaflet variants, the need to perform this planning in a powerful digital environment becomes more important every day. Learn how LAGO Whiteboard enables category management to perform these tasks efficiently in one central application that is connected to your ERP system as well as the marketing department including the leaflet design and production in the downstream process.
  • Planning of leaflet in LAGO Whiteboard
  • Utilization of product data directly imported from ERP system
  • Planning of regional and/or store specific leaflet variants including switch-out products
  • Stickering: The easy way to see all product related data during the planning process, including historical sales data
  • Assignment of merchandise departments to page space allocations for a streamlined top-down planning process
  • Preview leaflet pages without handing them over to the design team

We are looking forward to seeing you there!


Publication de bases de données avec l'approche bidirectionnelle

Publication de bases de données avec l’approche bidirectionnelle

Publication de bases de données : comment l’approche bidirectionnelle vous aide à connecter de manière optimale les ensembles de données et les documents

Pour comprendre la direction que prend le marketing multicanal, nous devons remonter le temps et comprendre quelles avancées technologiques ont modifié nos processus depuis lors.

 

L’évolution de l’édition imprimée

Dans les années 1980, les gens en général, et en particulier dans le secteur de l’imprimerie, avaient l’idée que les ordinateurs personnels allaient nous faciliter la vie. Quarante et un ans plus tard, nous pouvons voir, avec l’exemple de l’édition de bases de données, si cette idée était correcte ou si l’on en attendait trop. Au début de la décennie, le processus manuel, lourd et coûteux, se faisait à l’aide d’appareils photo, de scanners, de films lithographiques, de tables coulissantes et de Rubylith.

Peu de temps après, Scitex est devenu le système numérique pour les publications à fort volume, et le coût des travaux a dépassé le million de dollars.

À la fin de la décennie, les logiciels de conception, d’édition d’images et PostScript étaient utilisés pour cette production, rendant obsolètes les anciennes méthodes de production d’une page imprimée.

 

Publication de bases de données

Alors que les technologies de l’édition se sont améliorées à pas de géant, l’aspect information et données de l’édition est devenu plus complexe. Très tôt, on a découvert comment fusionner des fichiers de données avec des documents, qu’il s’agisse de lettres physiques, d’emballages ou d’étiquettes d’expédition. Des documents plus complexes ont suivi, comme les annuaires, les manuels techniques et les répertoires téléphoniques, qui permettaient d’insérer de grandes quantités de données dans des modèles de mise en page.

Mais : les catalogues et guides de produits destinés aux consommateurs devaient comporter une description précise des produits ET un bon design. Les mises en page inflexibles de type annuaire téléphonique ne suffisaient pas. Les utilisateurs souhaitaient concevoir des mises en page avec les possibilités créatives offertes par QuarkXPress ou Adobe InDesign et la possibilité d’insérer automatiquement du texte, des images et des prix à partir d’une base de données.

 

Versionnage et régionalisation des listes

Le développement des places de marché et des applications d’achat en ligne a accru la pression sur les annonceurs pour qu’ils créent un système intelligent dans lequel les publicités seraient aussi personnalisées que possible. Les outils numériques ont commencé à faciliter ce processus. Les données circulaient depuis de grandes bases de données interconnectées vers des emplacements prédéterminés sur la page imprimée. Cela a bien sûr ouvert la voie à des flux de travail encore plus complexes, comme l’adaptation de catalogues à versions et à alignement vertical aux différentes régions du pays, ou même la personnalisation de chaque exemplaire grâce à l’impression numérique.

Mais : le flux de données allait dans une seule direction. Ainsi, l’automatisation complète a été réalisée au détriment de la flexibilité. Les modifications de dernière minute de la description du produit, telles que les prix spéciaux, les changements de taille ou de couleur, ou même les simples corrections orthographiques, ne pouvaient être effectuées qu’au prix d’un certain effort au niveau de l’utilisateur.

 

Systèmes logiciels en nuage

D’autres innovations techniques touchant l’ensemble du paysage informatique ont également pris de l’ampleur dans l’édition de bases de données. L’essor des systèmes logiciels basés sur le cloud signifie que toutes ces bases de données et applications associées ont été déplacées des serveurs sur site vers le cloud. D’une part, cela signifiait des économies à long terme (plus d’investissement dans de gros serveurs !). Après la décision en faveur d’un logiciel basé sur le cloud, il appartient au service informatique d’assurer la connexion nécessaire des interfaces à un système PIM et DAM, ainsi que la garantie de la sécurité des informations dans cette étape stratégique (d’autre part, cela entraîne des dépenses supplémentaires en ressources humaines).

 

Logiciel multicanal LAGO

Dans les années 1990, Comosoft a commencé à s’attaquer à ce problème en connectant le contenu des bases de données aux documents QuarkXPress, grâce à l’approche de la XTension de QuarkXPress. Au fil du temps, LAGO a englobé plusieurs types d’applications différentes, telles que la gestion des informations sur les produits (PIM), la gestion des ressources numériques (DAM), la gestion des campagnes de marketing et d’autres systèmes importants. Dans le domaine de la publication imprimée, LAGO se concentre sur Adobe InDesign et InDesign Server pour la mise en page, ce qui lui confère une position de leader dans la publication de bases de données.

Ce qui distingue LAGO des autres systèmes de publication de bases de données, c’est qu’il n’est pas un point d’entrée dans l’écosystème de la publication numérique. Les utilisateurs peuvent apporter les modifications ou les ajustements nécessaires dans le cadre du processus normal, ce qui leur permet de gagner du temps et de ne pas détruire les paramètres de conception précédents.

Non seulement LAGO rend vos processus efficaces dans le domaine de la publication imprimée (par exemple, la production de catalogues et de brochures), mais nos consultants conçoivent également une solution personnalisée avec LAGO pour votre production numérique.


Customer-Relationship-Management (CRM)

Qu'est-ce qu'un système CRM ou Customer-Relationship-Management ?

Un système de gestion des relations avec la clientèle aide les entreprises à stocker et à gérer de manière centralisée leurs données clients ainsi que leurs relations avec eux. Dans la plupart des cas, les entreprises utilisent un système de gestion de la relation client basé sur un logiciel pour les gérer. Ici, toutes les données collectées au cours de la relation avec le client sont stockées et utilisées pour l'individualisation des mesures de marketing et dans le service à la clientèle. Les mesures destinées à différents groupes de clients visent à accroître la satisfaction des clients à long terme et à stimuler les ventes supplémentaires potentielles, également appelées cross-selling products.


Product Experience Management (PXM)

Qu'est-ce que le Product Experience Management (PXM)?

Le terme Product Experience Management (PXM) se concentre sur la gestion de l'expérience produit du client. C'est devenu un terme très populaire dans le domaine du marketing et des ventes. En tant que spécialiste du marketing, comment obtenir une expérience produit unique grâce à la publicité ?

Dans la publicité de détail, il existe de plus en plus de méthodes et de possibilités publicitaires, sans limites de lieu ni de temps.

Avec cette disponibilité croissante du service à la clientèle, la qualité et la pertinence de la publicité, elle devient de plus en plus déterminante pour augmenter les ventes et le succès des produits. Les clients ont toujours préféré acheter des produits avec lesquels ils se sentent liés d'une manière ou d'une autre. Le lien avec un produit est le principal objectif que les experts en marketing tentent d'atteindre par une publicité ciblée et surtout pertinente.

Les données sur les produits sont un élément clé de la publicité.

Lorsque la publicité pour un produit est diffusée par différents canaux, les données doivent être très cohérentes et précises pour assurer une expérience réussie du produit.

La meilleure façon d'obtenir cette cohérence et cette disponibilité est d'utiliser un système de gestion des informations sur les produits - Product Information management (PIM) dans lequel les données sur les produits sont régulièrement mises à jour et envoyées aux différents canaux, quel que soit le média.

Dans la gestion de l'expérience des produits (PXM), les produits doivent être expérimentés dans leur intégralité et cela inclut des atouts importants. Ces actifs sont gérés dans le système DAM (Digital Asset Management System) du détaillant.

Et c'est là qu'intervient le point décisif pour un PXM réussi dans le commerce de détail : une interaction intégrale de l'infrastructure informatique dans la production du marketing et des ventes.


Système PIM (Product Information Management System)

Qu'est-ce qu'un système PIM?

L'acronyme PIM signifie Product Information Management. L'objectif d'un système PIM est le stockage et l'enrichissement centralisé et neutre du point de vue des médias, ainsi que la gestion et la distribution des informations sur les produits qui sont diffusées aux différents canaux de vente. Ces informations sur les produits comprennent les prix, les numéros d'article et les textes multilingues des produits, ainsi que des informations sur la logistique et des photos des produits.
Un système PIM actuel et bien entretenu permet d'éviter les erreurs d'étiquetage des produits, d'accélérer la mise sur le marché et d'automatiser la distribution aux canaux de vente et de publicité. Un PIM favorise également un flux de travail fluide entre les équipes impliquées à l'intérieur et à l'extérieur de l'entreprise, grâce à un stockage de données centralisé.


Web-to-Print

Web-to-print
Le Web-to-print est la transmission en ligne automatisée des travaux d’impression à la production du print publishing. Les utilisateurs personnalisent généralement les modèles, qui sont convertis en fichiers prêts à être imprimés et envoyés aux imprimeurs.


Print-to-Web

Print-to-Web
Le terme “Print-to-Web” fait référence à l’enrichissement des produits print publishing par des liens vers des médias en ligne. Ces liens peuvent être appliqués aux produits imprimés sous forme de codes QR, de microcodes ou de codes de lecture des formats AR (réalité augmentée).


De l'insert à l'internet

Une recette pour réussir dans le marketing de la distribution alimentaire adaptée aux besoins des clients.

Les chaînes de distribution alimentaire sont confrontées à une pression économique sans précédent dans le monde développé. Les changements démographiques et la demande d’une plus grande commodité, de prix bas et d’un service personnalisé imposent une approche entièrement nouvelle de la communication multicanal.

La demande de commodité et de rapport qualité-prix de la part des acheteurs de produits alimentaires est en hausse et continuera de l’être. L’épicerie de l’avenir ne réussira pas en pratiquant les prix les plus bas, mais en fidélisant ses clients.

Les départements de marketing ont commencé à le faire. Les dirigeants ont réagi et évolué en utilisant les données plus efficacement. Le processus commence par des campagnes continues et très pertinentes, soutenues par tous les appareils et lieux que les acheteurs individuels préfèrent. Ce chemin vers le succès ne peut être créé que lorsque le détaillant contrôle à la fois les données et toutes les applications spécifiques au canal.

Attention aux signaux d’alarme

Au début de l’année dernière, le cabinet de conseil international McKinsey & Company a lancé un appel à l’action ambitieux pour le secteur de l’épicerie en difficulté. Parmi les défis à relever en matière de rentabilité figurent l’évolution démographique, les nouvelles habitudes d’achat et les nouvelles technologies, ainsi que la pression incessante de concurrents tels que Walmart. Les auteurs affirment que les détaillants alimentaires doivent adopter ces tendances perturbatrices. Ils doivent innover pour éviter une course désastreuse vers le bas.

 

L’innovation peut prendre de nombreuses formes. L’étude recommande aux détaillants en épicerie de mener des campagnes permanentes mettant l’accent sur une ou plusieurs des propositions de valeur qui définissent l’expérience d’achat d’aujourd’hui : commodité, inspiration et rapport qualité-prix. La communication et la réalisation de ces impératifs – en particulier les deux premiers – peuvent se faire par le biais de canaux imprimés ou en ligne. Mais pour le faire efficacement, ils doivent tous maîtriser un élément essentiel : une montagne de données sur les produits et les clients.

Les grandes données s’accompagnent de grandes responsabilités

Comme nous l’avons noté dans notre dernier article, les détaillants en épicerie ont accès à d’énormes volumes de données, des données sur les produits provenant des fournisseurs dans un PIM aux images et aux données marketing dans un DAM. Ces données comprennent également une myriade d’informations sur les prix, les stocks et (selon le nombre et l’emplacement des succursales) la logistique. Si le détaillant est proactif, il inclut également l’historique des achats des clients individuels, grâce aux programmes de rabais de fidélité.

Bien sûr, le fait de disposer des données n’est pas un grand avantage. La clé du succès est de savoir comment l’utiliser, ainsi que le marketing et les opérations du magasin.

Commencez par l’essentiel

Le démêlage et l’optimisation de toutes les données commencent souvent par un élément que tous les détaillants alimentaires possèdent mais que peu d’entre eux utilisent à son plein potentiel : l’humble dépliant ou la brochure imprimée. Dans le dernier article, nous avons décrit comment le système LAGO de Comosoft, associé à Adobe InDesign, est utilisé pour produire des centaines de variantes régionales à partir d’une seule brochure “maître”. Aussi impressionnant que cela soit, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg marketing.

 

Dans son blog d’octobre 2018, David Kindervater, spécialiste du marketing de contenu, a souligné que le trope “print is dead” est un sophisme. En matière de marketing, l’imprimé et le numérique sont des partenaires inséparables, et non des rivaux à somme nulle. L’impression fait non seulement appel à notre sens du toucher, mais peut également être hautement personnalisée, grâce à la “magie” de l’impression de données variables. Aujourd’hui, les prospectus des supermarchés peuvent être personnalisés jusqu’au niveau de chaque magasin, créant ainsi des variantes pour presque toutes les situations locales. Dans un avenir pas si lointain, la personnalisation d’un prospectus envoyé par la poste pourrait refléter les préférences d’achat d’une personne.

PIM Product Information Management MultichannelLe module de marketing direct individualisé (DIM) de Comosoft constitue un pas important dans cette direction. Agissant comme un contrôleur de trafic sophistiqué, LAGO DIM peut prendre les informations de base sur les clients (par exemple, les noms et adresses) ainsi que les préférences et l’historique des achats, les combiner avec les informations PIM et DAM, et générer de multiples campagnes individuelles pour les médias imprimés et numériques.

Le défi de l’intégration

Quelle que soit la qualité de la conception d’une campagne imprimée ou en ligne, la clé du succès sera toujours l’intégration de données complexes par le détaillant. Les applications mobiles d’achat, les kiosques en magasin et les programmes de fidélisation reposent sur les mêmes données de base que l’humble brochure. Si l’infrastructure de données de base est solide pour les campagnes d’impression, les détaillants auront un avantage lorsqu’ils développeront leur empreinte numérique.

 

Malheureusement, il n’existe pas de solution toute faite pour créer le système de marketing de données idéal pour un détaillant alimentaire. Il y a simplement trop de variables. Cependant, tant les fournisseurs que les grands détaillants relèvent le défi de l’intégration. Une grande chaîne de supermarchés a récemment réorganisé ses opérations de données avec l’aide des spécialistes de Comosoft. “Nous avons intégré quatre systèmes robustes dans LAGO”, a commenté un cadre supérieur en informatique. “Nous avons pu rationaliser le merchandising des produits et accélérer la mise sur le marché sur toutes les plateformes imprimées et numériques pour notre marque régionale et nationale.” La chaîne a également pu rationaliser et réduire les coûts des campagnes de marketing imprimées et numériques. “L’époque des multiples prolongations de délai est révolue”, a-t-il déclaré.

Faire le lien

À l’ère pré-numérique et pré-industrielle, le magasin local avait à peu près tout ce dont un acheteur pouvait avoir besoin. En outre, le propriétaire avait une relation directe et personnelle avec les clients, dont il connaissait les besoins et les préférences. Cette époque est révolue, mais le désir d’une connexion intime et personnelle demeure. Les détaillants qui parviennent à établir cette connexion, virtuellement et à l’aide de données bien intégrées, réussiront à faire de leur marque une destination de confiance.


Le véritable potentiel du Output Digital

Le véritable potentiel du Output Digital

La vente au détail est un élément essentiel d’une industrie qui lutte contre les effets du COVID-19. Les approvisionnements vitaux étant menacés par la rupture de la chaîne d’approvisionnement et le comportement des consommateurs, il est essentiel de disposer des bonnes données au bon endroit pour assurer son succès.

Une armée marche sur son estomac. C’est simple. Aucune grande entreprise ne peut réussir si ses participants ne peuvent satisfaire leurs besoins physiologiques de base – dans ce cas, la nourriture. À l’heure actuelle, pour répondre à ce besoin, il faut un réseau complexe de producteurs, de distributeurs et de détaillants, des éléments auxquels la plupart d’entre nous pensent rarement.

L’armée de la métaphore est très pertinente. Au moment où nous écrivons ces lignes, le monde entier est engagé dans une lutte contre le nouveau coronavirus et la maladie qu’il provoque. Comme dans toutes les luttes, il y a des combattants de première ligne (chercheurs, travailleurs de la santé et premiers intervenants), des forces de soutien et des civils qui font leur part. Dans ce combat particulier, une grande partie des “forces de soutien” sont les épiceries que nous tenions autrefois pour acquises.

Un changement accéléré pour le retail

Dans un article précédent, nous avons décrit les changements de comportement des consommateurs qui poussent le retail à modifier leur mode de fonctionnement, notamment l’essor des applications mobiles d’achat et les options innovantes de ramassage ou de livraison. Mais ce qui était considéré comme expérimental il y a quelques mois est devenu courant presque du jour au lendemain. La commodité des achats a été remplacée par un motif plus puissant.

La crainte soudaine, mais très raisonnable, d’une infection a entraîné des mesures strictes de contention de la maladie : non seulement des masques, des distances et des allées à sens unique dans les magasins, mais aussi une ruée vers les commandes en ligne, le retrait en magasin et la livraison à domicile. Le directeur d’une grande chaîne, client de Comosoft, a récemment constaté que les enlèvements et les livraisons de produits d’épicerie avaient augmenté de 130 % par semaine depuis la mi-mars. Les responsables de magasin travaillent aux côtés des employés et traitent les commandes qui sont prises en magasin.

Tout ceci n’est pas un phénomène nouveau ; il s’agit simplement d’un changement de vitesse. Les applications mobiles ne sont plus seulement pratiques, elles deviennent indispensables.

Tout est question de données

Dans le passé (le mois dernier), le processus de commercialisation des produits d’épicerie reposait sur des collections de données vastes et complexes : images des produits, descriptions, prix, stocks et priorités marketing. Elle l’est toujours. Nous avons publié plusieurs articles décrivant comment toutes ces données peuvent être gérées efficacement et canalisées dans les médias imprimés et en ligne, au bénéfice des acheteurs et des détaillants.

Aujourd’hui, cependant, ces canaux et la façon dont ils sont utilisés ont radicalement changé. Les acheteurs, qui cherchent avant tout à entrer et sortir rapidement et efficacement, ne prêtent que peu ou pas d’attention aux brochures et circulaires des magasins. Les applications mobiles de shopping et, dans une moindre mesure, les sites web non mobiles, ont pris une place centrale dans l’expérience d’achat au supermarché.

Le support a changé, mais le besoin du consommateur reste le même. Les acheteurs doivent trouver ce dont ils ont besoin, le “voir”, estimer sa valeur et prendre une décision d’achat. L’application mobile de l’épicerie doit présenter tous les produits disponibles, les prix et les descriptions avec précision, et être prête à communiquer les changements lorsqu’un produit est en rupture de stock ou limité à un seul article par client. Les applications d’achat sont idéales pour cela, mais seulement si toutes les données sont utilisées de manière efficace et efficiente.

Output Digital

Heureusement, ce potentiel d’intégration des données existe déjà, dans des systèmes tels que LAGO. Les données provenant de plusieurs bases de données DAM, PIM et autres, souvent développées séparément, peuvent être automatisées et coordonnées efficacement pour produire des pièces imprimées multi-versions bien conçues, à l’aide d’un plug-in pour Adobe InDesign. Mais l’impression n’est qu’une partie de l’histoire. LAGO automatise également la sortie des superpositions et des données XML requises par les applications de shopping mobile. La sortie numérique pour l’utilisation des applications est automatique et, pour la plupart, peut atteindre le consommateur beaucoup plus rapidement que la circulaire imprimée plus familière.

Cela a d’énormes implications, non seulement pour la crise immédiate, mais aussi longtemps après. En cas de variation soudaine du stock d’un article ménager particulier, l’équipe marketing du détaillant peut compter sur l’application mobile – alimentée par la nouvelle publication numérique – pour informer et guider le consommateur. Les équipes de marketing produit devront toujours élaborer des campagnes de marketing, mais elles seront aidées plutôt qu’entravées par le flux de données interconnectées.

En d’autres termes, la crise a accéléré une tendance qui était déjà en cours : l’utilisation de données intégrées pour relier les besoins des détaillants et des consommateurs. Les entreprises qui se sont déjà engagées sur la voie de l’intégration sont mieux préparées à ce changement de vitesse.

La nouvelle normalité

Comme toutes les grandes crises, celle-ci se terminera un jour. Nous reviendrons à la normalité, mais la “normalité” elle-même sera différente. Les gens apprécieront à nouveau les rassemblements sociaux, y compris, comme l’indiquent les tendances, dans des points de vente de plus en plus axés sur le marché. La différence résidera dans la manière dont le détaillant améliorera l’expérience d’achat globale en utilisant les données disponibles.

Les résultats numériques intelligents seront essentiels à cette expérience, non seulement pour inciter les consommateurs à acheter les offres du jour, mais aussi pour renforcer le lien avec le consommateur et la fidélité à la marque. Que les données soient exprimées dans des bornes interactives, des panneaux de signalisation, des applications interactives ou des documents imprimés, leur exactitude et leur pertinence pour les acheteurs individuels seront primordiales.

L’avenir dépend de la production numérique et de la volonté des entreprises de l’utiliser intelligemment.