Communiqué de presse : Comosoft ouvre un nouveau bureau à Valence

Comosoft ouvre un nouveau bureau à Valence

En utilisant le potentiel de l’une des plus grandes zones technologiques en Europe.

Hambourg, août 2021 – Comosoft est heureux d’annoncer l’ouverture d’un autre site de la société situé à Valence (Espagne), qui vient s’ajouter aux sites déjà appréciés de Comosoft Inc à Plano (Texas) et Chicago (Illinois).

Ces dernières années, la ville de Valence a clairement mis l’accent sur le renforcement de l’innovation, notamment dans le domaine de la technologie et du développement de logiciels. Cela s’est traduit par une large base de spécialistes en technologie et de professionnels hautement qualifiés dans la région de Valence et dans toute l’Espagne. Pour répondre aux attentes de sa clientèle en pleine croissance, Comosoft a décidé d’ouvrir un nouveau bureau rempli d’experts à Valence.

“Des personnes bien formées, une bonne infrastructure et bien sûr un marché très intéressant ont rendu la décision de Valence très facile”, déclare Peter Jozefiak, PDG de Comosoft. “Nous avons pu réunir une très bonne équipe passionnée en quelques mois et l’intégrer à Comosoft.”

L’équipe de Comosoft Technology Spain est composée de consultants en services professionnels, de développeurs de logiciels et de responsables des ventes. Avec cette équipe d’experts, Comosoft est également prêt à entrer de plein pied sur le marché espagnol et latino-américain, en rendant la production de matériel de marketing plus efficace grâce à sa solution multicanal unique LAGO.

“Parier sur un projet international dans le secteur IT a été un grand défi pour ma carrière mais je ne pourrais pas être plus satisfaite de cette décision, apporter un logiciel en Espagne et en Amérique latine avec une telle valeur ajoutée pour le secteur de la vente au détail est tout simplement fascinant !”, déclare Jennyfer Diaz Hidalgo, Sales Manager chez Comosoft à Valence.


Publication de bases de données avec l'approche bidirectionnelle

Publication de bases de données avec l’approche bidirectionnelle

Publication de bases de données : comment l’approche bidirectionnelle vous aide à connecter de manière optimale les ensembles de données et les documents

Pour comprendre la direction que prend le marketing multicanal, nous devons remonter le temps et comprendre quelles avancées technologiques ont modifié nos processus depuis lors.

 

L’évolution de l’édition imprimée

Dans les années 1980, les gens en général, et en particulier dans le secteur de l’imprimerie, avaient l’idée que les ordinateurs personnels allaient nous faciliter la vie. Quarante et un ans plus tard, nous pouvons voir, avec l’exemple de l’édition de bases de données, si cette idée était correcte ou si l’on en attendait trop. Au début de la décennie, le processus manuel, lourd et coûteux, se faisait à l’aide d’appareils photo, de scanners, de films lithographiques, de tables coulissantes et de Rubylith.

Peu de temps après, Scitex est devenu le système numérique pour les publications à fort volume, et le coût des travaux a dépassé le million de dollars.

À la fin de la décennie, les logiciels de conception, d’édition d’images et PostScript étaient utilisés pour cette production, rendant obsolètes les anciennes méthodes de production d’une page imprimée.

 

Publication de bases de données

Alors que les technologies de l’édition se sont améliorées à pas de géant, l’aspect information et données de l’édition est devenu plus complexe. Très tôt, on a découvert comment fusionner des fichiers de données avec des documents, qu’il s’agisse de lettres physiques, d’emballages ou d’étiquettes d’expédition. Des documents plus complexes ont suivi, comme les annuaires, les manuels techniques et les répertoires téléphoniques, qui permettaient d’insérer de grandes quantités de données dans des modèles de mise en page.

Mais : les catalogues et guides de produits destinés aux consommateurs devaient comporter une description précise des produits ET un bon design. Les mises en page inflexibles de type annuaire téléphonique ne suffisaient pas. Les utilisateurs souhaitaient concevoir des mises en page avec les possibilités créatives offertes par QuarkXPress ou Adobe InDesign et la possibilité d’insérer automatiquement du texte, des images et des prix à partir d’une base de données.

 

Versionnage et régionalisation des listes

Le développement des places de marché et des applications d’achat en ligne a accru la pression sur les annonceurs pour qu’ils créent un système intelligent dans lequel les publicités seraient aussi personnalisées que possible. Les outils numériques ont commencé à faciliter ce processus. Les données circulaient depuis de grandes bases de données interconnectées vers des emplacements prédéterminés sur la page imprimée. Cela a bien sûr ouvert la voie à des flux de travail encore plus complexes, comme l’adaptation de catalogues à versions et à alignement vertical aux différentes régions du pays, ou même la personnalisation de chaque exemplaire grâce à l’impression numérique.

Mais : le flux de données allait dans une seule direction. Ainsi, l’automatisation complète a été réalisée au détriment de la flexibilité. Les modifications de dernière minute de la description du produit, telles que les prix spéciaux, les changements de taille ou de couleur, ou même les simples corrections orthographiques, ne pouvaient être effectuées qu’au prix d’un certain effort au niveau de l’utilisateur.

 

Systèmes logiciels en nuage

D’autres innovations techniques touchant l’ensemble du paysage informatique ont également pris de l’ampleur dans l’édition de bases de données. L’essor des systèmes logiciels basés sur le cloud signifie que toutes ces bases de données et applications associées ont été déplacées des serveurs sur site vers le cloud. D’une part, cela signifiait des économies à long terme (plus d’investissement dans de gros serveurs !). Après la décision en faveur d’un logiciel basé sur le cloud, il appartient au service informatique d’assurer la connexion nécessaire des interfaces à un système PIM et DAM, ainsi que la garantie de la sécurité des informations dans cette étape stratégique (d’autre part, cela entraîne des dépenses supplémentaires en ressources humaines).

 

Logiciel multicanal LAGO

Dans les années 1990, Comosoft a commencé à s’attaquer à ce problème en connectant le contenu des bases de données aux documents QuarkXPress, grâce à l’approche de la XTension de QuarkXPress. Au fil du temps, LAGO a englobé plusieurs types d’applications différentes, telles que la gestion des informations sur les produits (PIM), la gestion des ressources numériques (DAM), la gestion des campagnes de marketing et d’autres systèmes importants. Dans le domaine de la publication imprimée, LAGO se concentre sur Adobe InDesign et InDesign Server pour la mise en page, ce qui lui confère une position de leader dans la publication de bases de données.

Ce qui distingue LAGO des autres systèmes de publication de bases de données, c’est qu’il n’est pas un point d’entrée dans l’écosystème de la publication numérique. Les utilisateurs peuvent apporter les modifications ou les ajustements nécessaires dans le cadre du processus normal, ce qui leur permet de gagner du temps et de ne pas détruire les paramètres de conception précédents.

Non seulement LAGO rend vos processus efficaces dans le domaine de la publication imprimée (par exemple, la production de catalogues et de brochures), mais nos consultants conçoivent également une solution personnalisée avec LAGO pour votre production numérique.


Communiqué de presse : DIM - Direct Individual Marketing

De nouvelles possibilités dans la production de médias imprimés et en ligne personnalisés :
Comosoft élève le logiciel multicanal LAGO au niveau du one-to-one

 

Hambourg, 06.07.2018 – Avec un nouveau module pour la solution multicanal LAGO, le fournisseur de logiciels Comosoft, qui opère au niveau international, propose désormais à ses clients un playout “one-to-one” qui offre une large gamme d’options pour l’individualisation des médias numériques et imprimés. Ainsi, les mesures de marketing peuvent désormais être ciblées de manière encore plus précise sur les bénéficiaires. La Comosoft réagit donc également à l’évolution actuelle de l’industrie de la presse et des médias, dans laquelle il est important de se démarquer positivement du flot de publicité avec un contenu pertinent.
Après le succès des concepts “One-to-Many” et “One-to-Few” depuis plus de 20 ans, Comosoft va maintenant plus loin et, avec le nouveau module complémentaire DIM (Direct Individual Marketing) pour le logiciel multicanal LAGO, permet à ses clients d’opérer une communication individuelle à grande échelle. Comme d’habitude, la diffusion peut être multicanal pour le contenu numérique comme pour les produits imprimés.
Les possibilités qu’offre la communication personnalisée sont multiples : “Les contenus médiatiques, qu’ils soient numériques ou imprimés, doivent aujourd’hui parvenir aux destinataires au bon moment et au bon endroit avec le bon message afin qu’ils ne se perdent pas dans la boîte aux lettres ou la boîte aux lettres électronique”, explique Peter Jozefiak, directeur général de Comosoft. “Avec le nouveau module DIM, nos clients ont désormais la possibilité d’importer de manière entièrement automatisée des contenus personnalisés adaptés à chaque personne cible dans leurs médias. De cette façon, l’information devient pertinente et le destinataire y prête plus d’attention en conséquence”.
En commençant par des salutations personnalisées avec des références à des pages d’accueil de magasins séparées pour les offres et les prix des différents produits : Sur la base des données de la GRC, telles que les articles achetés, les préférences personnelles et les modèles de comportement, des produits appropriés sont automatiquement générés pour chaque client. Les articles du LAGO PIM peuvent être intégrés directement dans des pages déjà conçues à l’aide de modèles et diffusés sur tous les canaux. En outre, le nouveau module prend également en charge, entre autres, la préparation des adresses des données.
Les nouvelles technologies d’impression permettent désormais de réaliser des produits d’impression personnalisés à grande échelle industrielle.
Il en va de même pour les canaux en ligne : des lettres d’information personnalisées et des campagnes individuelles par courrier électronique peuvent être générées avec peu d’efforts de la part de LAGO grâce au nouveau module DIM. Les liens entre les produits imprimés et les canaux numériques créent une interaction idéale entre les deux canaux grâce à la reconnaissance d’images ou aux codes QR.


Example de cas: COMOSOFT lance la cinquième version de son logiciel multicanal LAGO

COMOSOFT lance la cinquième version de son logiciel multicanal LAGO

Plus de sécurité et un fonctionnement plus intuitif sont au centre de la nouvelle version

Hambourg, 26.09.2018 – La cinquième version de la solution multicanal LAGO est maintenant disponible pour les clients du fabricant de logiciels Comosoft. La relance est principalement axée sur le développement de la sécurité et de la convivialité. Il y a plus de 20 ans, la société, qui est basée à Hambourg, en Allemagne, et à Frisco, au Texas, a lancé sur le marché la première version de LAGO, qui combine des données provenant de plusieurs sources et assure une administration neutre sur le plan des médias. Entre-temps, Comosoft est devenu l’un des principaux fournisseurs mondiaux de systèmes de solutions multicanaux et propose à ses clients des solutions innovantes pour rendre leur production de médias plus efficace.L’un des principaux changements est la conversion des modules Flash en HTML 5, qui met le logiciel au niveau technologique le plus récent. Une conception réactive a été mise en place, qui augmente le confort des utilisateurs mobiles et maximise la protection de la sécurité.”D’ici 2020, les grands acteurs mondiaux tels qu’Apple, Google, Facebook et autres ne supporteront plus les contenus Flash”, explique Peter Jozefiak, directeur général de Comosoft. “Aussi intelligente que cette technologie était à l’époque, elle est tout aussi peu sûre aujourd’hui et offre malheureusement des passerelles importantes pour les logiciels malveillants. En outre, LAGO 5 offre de nombreuses nouvelles fonctionnalités, telles qu’un plugin LAGO remanié pour InDesign, un export PDF étendu, une API LAGO Asset et un import de médias simplifié”.Avec la dernière version de LAGO 4, Comosoft a établi en 2010 une norme industrielle mondiale pour la production de médias omnicanaux. Depuis lors, de nombreux fabricants de technologies ont mis de nouveaux produits sur le marché, la numérisation est devenue partie intégrante de la vie quotidienne pour beaucoup, et rien n’a autant changé que le comportement des gens en matière de consommation de médias. Avec la sortie de LAGO 5, le fournisseur de logiciels réagit aux tendances technologiques de ces dernières années dans l’industrie mondiale des logiciels et du matériel informatique et fait un nouveau bond en avant en matière d’innovation.


Le dilemme du designer

De la recherche à la conception ou comment trouver du temps pour le vrai DESIGN dans les projets de marketing à forte intensité de données?

Les concepteurs ont autre chose à faire que de rechercher des images et des informations sur les produits. Mais lorsque leurs conceptions imprimées et en ligne impliquent des données complexes, ils ont besoin d’outils pour rester productifs.

Les graphistes disposent de solutions de gestion des ressources numériques puissantes et sans précédent. Des tâches qui prenaient auparavant des jours ou des semaines ne nécessitent plus que quelques minutes. Au lieu d’attendre que des spécialistes fournissent des images retouchées et du texte tapé, un designer peut tout faire grâce à un logiciel de conception sophistiqué.

Il s’agit d’une solution mixte, notamment pour les projets de conception à fort volume et à forte intensité de produits. Pensez aux catalogues ou aux brochures de magasin, avec des versions personnalisées pour les détaillants multi-sites. Ce n’est pas parce que vous pouvez créer une infinité de versions d’une pièce compliquée que vous avez les ressources pour le faire. Plus un projet est complexe et plus chaque version nécessite de variations de produits et de prix, plus il est probable qu’un élément soit négligé, ce qui entraîne un plus grand nombre de révisions de versions pour les départements marketing.

Le coût élevé du traitement des données

Pour les graphistes B2B et B2C, les promotions imprimées et numériques impliquent souvent des produits. Chaque pièce comporte non seulement des images de haute qualité, mais aussi des descriptions, des avis, des tailles, des couleurs, des détails sur les prix et/ou les promotions.

Maintenant, multipliez ce chiffre par le nombre de produits par page, le nombre de pages, la fréquence de chaque promotion et le nombre de variations locales. Avec autant d’informations à gérer, il existe un risque réel de transformer des concepteurs talentueux en opérateurs de saisie de données. Engager plus de concepteurs n’est souvent pas rentable, surtout s’ils n’ont pas assez de temps pour concevoir. C’est un cycle sans fin.

Le développement et la recherche d’images représentent également un pourcentage du temps d’un designer. Selon une étude, les concepteurs peuvent passer 20 à 30 % de leur journée à chercher les bonnes images – ou les bonnes versions – à utiliser dans une conception.

Le coût de la main-d’œuvre n’est qu’un facteur parmi d’autres. Des erreurs dans la sélection des données – la mauvaise image ou le mauvais prix pour l’une des nombreuses versions d’un catalogue, par exemple – peuvent entraîner des réimpressions, des remboursements et même une responsabilité juridique. Non seulement les concepteurs ont moins de temps pour concevoir, mais ils sont de plus en plus enclins à faire des erreurs coûteuses.

 

L’automatisation réelle à la rescousse

Aux premiers jours de la conception assistée par ordinateur, les informations sur les produits et le marketing étaient disponibles auprès de nombreuses sources, souvent aléatoires et désorganisées. L’essor des systèmes de gestion des actifs numériques (DAM) et de gestion des informations sur les produits (PIM) a lentement commencé à changer cette situation. Les concepteurs devaient encore fréquemment consulter des bases de données en ligne et espérer disposer des données les plus récentes.

En outre, les informations sur les produits sont souvent une collection de données connexes provenant de sources multiples. S’assurer que tous les détails étaient corrects – et à jour – prenait beaucoup de temps, était source d’erreurs et signifiait que la production devait se précipiter pour respecter les délais de publication.

Heureusement, une véritable automatisation des processus est désormais possible entre des sources de données multiples et la boîte à outils des concepteurs, ce qui est également décrit dans notre blog Modern Day Hunting and Gathering, qui couvre la puissance du plugin LAGO pour Adobe InDesign. Grâce à un flux de travail collaboratif, les spécialistes du marketing peuvent préremplir un modèle InDesign avec toutes les données PIM et DAM nécessaires, laissant le concepteur libre de concevoir et de produire plusieurs versions d’un document.

Créativité dans le respect des contraintes

Un flux de travail de conception basé sur des modèles peut sembler être une contradiction dans les termes, mais ce n’est pas le cas. Avec moins d’heures passées à rechercher et à saisir des données – et à s’attendre à ce qu’elles soient exactes – les concepteurs peuvent se concentrer sur l’aspect attrayant et convaincant de la pièce. Il existe également d’importantes décisions de conception qui ne peuvent être automatisées. En fait, ils sont facilités par l’automatisation. Dans l’exemple de LAGO, un modèle peut contenir un “bloc” de données relatives à un produit particulier, y compris plus d’une image de ce produit. Dans ce cas, la sélection de la bonne image, y compris la couleur, l’orientation et la composition, requiert l’œil du concepteur. Comme le concepteur n’a pas à s’occuper des détails des données, il peut se concentrer sur les décisions qui affectent la qualité et le message.

Si l’automatisation peut rendre la vie du concepteur plus facile et plus productive, elle ne pourra jamais remplacer son précieux talent inné.

 

Tout est question de communication

Depuis les premières peintures rupestres, les concepteurs ont cherché des moyens de communiquer visuellement des idées importantes. La technologie leur a permis de le faire auprès d’un public de masse et, plus récemment, d’une manière adaptée à chaque individu. Aujourd’hui, les données complexes sont plus pertinentes que jamais. Mais que le support final soit l’impression ou l’écran, le message requiert toujours les compétences d’un communicateur visuel.

L’utilisation de systèmes avancés comme les capacités de production de LAGO pour traiter les données permet au designer de se concentrer sur les compétences qui rendent sa communication efficace.